Pharmacien·ne

Tu es le/la spécialiste des médicaments et de leur utilisation ! Tu nourris un contact étroit avec la clientèle, en bonne santé ou non, et tu apprécies de les conseiller. Tu peux également travailler en milieu hospitalier ou dans la recherche et l’industrie, où tu développes par exemple de nouveaux médicaments ou des préparations spécifiques. Tu peux par ailleurs assumer une tâche d’enseignement dans une université et donner des cours aux futurs pharmaciens et pharmaciennes.

Découvre le métier de pharmacien·ne

Hélène
Année de naissance 1992
Pharmacienne
Genève

Le cœur de ce métier est la disponibilité et les services de qualité que nous offrons à des milliers de personnes : chaque jour, elles comptent sur nous pour les aider. La plupart de ces personnes viennent à nous pour exprimer une douleur, un problème de santé ou une souffrance. C’est un privilège de représenter une figure de secours pour elles et d’être capable de leur proposer des solutions pour se sentir mieux.

Elena
Année de naissance 1987
Pharmacienne
Lausanne

C’est un travail très valorisant, où l’on se sent utile pour aider les patients et où les échanges interprofessionnels avec d’autres professionnels de la santé peuvent être très enrichissants même si ils méritent d’être encore travaillés et approfondis. Le travail en équipe est également quelque chose de très important en pharmacie et permet de créer une réelle cohésion et solidarité au sein de l’équipe. Le dernier point important est que l’on arrête jamais d’apprendre et que nos connaissances nécessitent d’être constamment remises à jour/réévaluéés, ce qui est très stimulant.

Hélène
Année de naissance 1992
Pharmacienne
Genève

Le cœur de ce métier est la disponibilité et les services de qualité que nous offrons à des milliers de personnes : chaque jour, elles comptent sur nous pour les aider. La plupart de ces personnes viennent à nous pour exprimer une douleur, un problème de santé ou une souffrance. C’est un privilège de représenter une figure de secours pour elles et d’être capable de leur proposer des solutions pour se sentir mieux.

Elena
Année de naissance 1987
Pharmacienne
Lausanne

C’est un travail très valorisant, où l’on se sent utile pour aider les patients et où les échanges interprofessionnels avec d’autres professionnels de la santé peuvent être très enrichissants même si ils méritent d’être encore travaillés et approfondis. Le travail en équipe est également quelque chose de très important en pharmacie et permet de créer une réelle cohésion et solidarité au sein de l’équipe. Le dernier point important est que l’on arrête jamais d’apprendre et que nos connaissances nécessitent d’être constamment remises à jour/réévaluéés, ce qui est très stimulant.

Résumé de la formation

Durée totale : 5 ans
Bachelor + stage d’initiation - Durée : 3 ans
Master + période d’assistanat - Durée : 2 ans
Doctorat et formation continue

Lieux d’études

  • Université de Bâle
  • Université de Berne
  • EPF de Zurich
  • Université de Genève
  • Pour les deux premiers semestres :
    Universités de Lausanne et Neuchâtel

Conditions préalables

  • Maturité reconnue par la Confédération
  • Intérêt soutenu pour les sciences naturelles
  • Compétences sociales élevées
  • Sens des responsabilités
  • Plaisir à travailler de manière autonome
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Précision dans le travail

Disciplines

  • Mathématiques
  • Physique
  • Chimie
  • Biologie
  • Anatomie
  • Physiologie

Bourses

  • Le Fonds pour l’allocation de bourses de pharmaSuisse est une fondation qui te soutient dans tes études de pharmacie si tu es immatriculé·e dans une Haute école suisse

Devenir pharmacienne, pharmacien

Les pharmaciennes et les pharmaciens sont les spécialistes incontestés des médicaments. Ils sont présents à chaque étape de la chaîne du médicament, de sa conception, fabrication, jusqu’à sa dispensation au patient, sans oublier la biologie médicale. Les pharmaciens ont une large diversité de missions et de métiers. En tant que professionnels de santé, ils sont impliqués dans la prévention, l’orientation et l’accompagnement des patients. La pandémie de covid-19 a mis en lumière l’importance de leur rôle de conseil et de premier recours auprès de la population, ainsi que leurs actions dans la production, la gestion des stocks, l’acheminement et la dispensation des produits de santé.
Les études de pharmacie ouvrent l’accès à un large éventail de métiers car l’expertise des pharmaciennes et des pharmaciens est très recherchée. Selon le domaine d’activité, ils seront plutôt orientés vers le conseil aux clients et aux patients, la recherche ou encore la fabrication et le développement de nouveaux médicaments. Ils peuvent également embrasser une carrière académique ou encore travailler au sein d’une administration publique ou privée (p. ex. assurance).

Les bases de la pharmacie s’acquièrent au cours d’études universitaires: un Bachelor en sciences pharmaceutiques (6 semestres), suivi d’un Master (4 semestres).

Durant leur cursus, les futur·e·s pharmacien·ne·s vont, dans un premier temps, acquérir les bases des sciences naturelles, des sciences biomédicales et sciences pharmaceutiques, ainsi qu’avoir un premier aperçu du métier de pharmacien·ne lors d’un stage d’initiation en milieu professionnel. Par la suite, ils approfondiront toutes les facettes du médicament (découverte, conception, développement, aspects cliniques, hospitaliers et communautaires) en fonction du type de master choisi.

Schéma des voies d’études en pharmacie

Il existe deux filières de Master: un Master en pharmacie et un Master en sciences pharmaceutiques. A l’issue du Master en pharmacie, la majorité des titulaires se présentent ensuite à l’examen fédéral pour obtenir le diplôme fédéral en pharmacie et poursuivre leur spécialisation en pharmacie d’officine ou pharmacie hospitalière. Tandis qu’à l’issue du Master en sciences pharmaceutiques, les titulaires s’orientent en général vers le secteur de l’industrie ou poursuivent leur formation par un doctorat.

Une vidéo de l'université de Berne

Domaines d'activité

Le travail en officine est la voie la plus fréquemment choisie par les diplômé·e·s au terme de leurs cinq ans d’études. Les activités dans une pharmacie publique (officine) sont très diversifiées. Le conseil à la clientèle y est central, que ce soit pour l’automédication ou pour la remise de médicaments soumis à ordonnance.

Dans le cadre de leur rôle de premiers interlocuteurs en matière de santé, les pharmaciens assument une fonction de triage essentielle et collaborent avec d’autres acteurs de la santé, notamment les médecins de famille. Grâce à des prestations comme la vaccination ou les mesures de prévention, les pharmaciens d’officine atteignent également les personnes en bonne santé qui ne vont jamais ou rarement chez un médecin.
Parmi les autres tâches importantes qui relèvent de la responsabilité du pharmacien d’officine, on peut citer le diagnostic et le traitement des maladies et des troubles de la santé les plus fréquents, la validation des ordonnances, la fabrication de médicaments, la direction d’une équipe, la gestion d’un stock et le marketing.

Les pharmaciennes et les pharmaciens sont les spécialistes incontestés des médicaments. Leurs compétences occupent une place centrale dans les soins médicaux de base apportés à la population. En plus de la délivrance de médicaments et des conseils associés, ils assument désormais de nouvelles missions telles que l’accompagnement et le suivi du patient, la participation à des campagnes de prévention (p.ex. la vaccination contre la grippe) ou offrent encore d’autres prestations qui contribuent à prévenir des maladies ou tout au moins à les identifier à temps. Dans le cadre de leur rôle de premiers interlocuteurs en matière de santé, les pharmaciennes et les pharmaciens assument également une fonction de triage essentielle en cas de troubles aigus bénins ou de petites blessures permettant de soulager les services d’urgence et les cabinets médicaux. La profession évolue constamment.

Les pharmaciennes et pharmaciens d’officine disposent d’une grande expertise en matière de médicaments, qu’il s’agisse de leurs effets, de leurs interactions et effets indésirables, de leur composition ou de leur fabrication. Ils s’assurent que les médicaments sont utilisés de manière efficace, sûre, pertinente et économique. Premier point de contact du système de santé, les pharmaciennes et pharmaciens d’officine assument une fonction de triage essentielle et collaborent avec d’autres professionnels de santé, par exemple les médecins de famille. En fournissant des prestations telles que des vaccinations, des examens préliminaires approfondis dans l’espace-conseil ou des mesures de prévention, ils atteignent aussi les personnes en bonne santé qui ne vont jamais ou rarement chez le médecin.

Les pharmaciennes et pharmaciens remplissent également d’autres tâches importantes comme le diagnostic et le traitement de maladies ou troubles courants, la validation d’ordonnance, la fabrication de médicaments, la gestion d’équipe, le marketing ou la gestion du stock. Grâce à leur formation universitaire, postgrade et continue, ils bénéficient d’une préparation idéale pour endosser le rôle d’experts du médicament et de premiers interlocuteurs du système de santé.

  • Les bases de la pharmacie sont transmises au cours d’études universitaires (bachelor et master) qui donnent accès à l’examen pour l’obtention du diplôme fédéral de pharmacien·ne, titre nécessaire pour exercer la profession en officine ou en hôpital.
  • La formation postgrade s’appuie sur la formation universitaire et permet aux pharmacien·ne·s d’élargir leurs compétences et de se spécialiser dans un domaine.
  • La formation continue permet de maintenir à jour les compétences acquises et de profiter des dernières découvertes scientifiques pour les intégrer ensuite dans le travail quotidien.

 

Pharmacien·ne est une profession médicale universitaire, au sens de la Loi fédérale sur les professions médicales (LPMéd), au même titre que les médecins, médecins-dentistes, chiropraticiennes et vétérinaires

Afin de garantir des prestations pharmaceutiques de haute qualité, la loi sur les professions médicales (LPMéd) et l’ordonnance sur l’assurance-maladie (OAMal) disposent que pour pouvoir exercer sous leur propre responsabilité et facturer à charge de l'assurance obligatoire des soins (AOS), les pharmaciennes et les pharmaciens doivent être titulaires d’un titre postgrade fédéral. La formation postgrade peut être effectuée dans les deux disciplines: pharmacie d’officine ou hospitalière.

Le parcours professionnel des pharmaciennes et pharmaciens d'officine ou d'hôpital comprend trois phases: la formation universitaire, la formation postgrade et la formation continue.

La formation postgrade est ouverte aux pharmaciennes et aux pharmaciens titulaires d’un master en pharmacie et d’un diplôme fédéral de pharmacien·ne. Conformément à l’art. 4 LPMéd, elle a pour but d’étendre et d’approfondir les connaissances, aptitudes, capacités, compétences sociales et comportements acquis lors de la formation universitaire de telle sorte que les personnes qui l’ont suivie soient à même d’exercer leur activité professionnelle sous leur propre responsabilité dans le domaine considéré.

Pharmacien/ne spécialiste en pharmacie d’officine

Pharmacien/ne spécialiste en pharmacie hospitalière

Outre ces deux orientations, la formation postgrade englobe différents programmes de formation complémentaire en pharmacie d’officine et hospitalière ainsi qu’en médecine complémentaire et en phytothérapie

La loi sur les professions médicales (LPMéd) prévoit l’obligation pour toutes les personnes exerçant une profession médicale de suivre des formations continues tout au long de leur parcours professionnel. La formation continue permet de maintenir à jour les compétences acquises et de bénéficier des dernières découvertes scientifiques pour les intégrer ensuite dans le travail quotidien. Le contenu de la formation est adapté aux besoins individuels des pharmaciennes et pharmaciens.

L’Institut FPH est responsable de toutes les questions de formation postgrade et continue.

Trois sociétés de discipline différentes s’occupent, à titre subordonné, de leurs spécialisations respectives:

La FPH Officine est la société de discipline consacrée à la pharmacie d’officine.

La pharmacie hospitalière relève de la société de discipline FPH Hôpital.

Le programme de formation complémentaire en homéopathie classique, le programme de formation complémentaire en phytothérapie et le programme complémentaire en pharmacie élargie par l’anthroposophie sont gérés par la Société de discipline pharmaceutique pour la médecine complémentaire et phytothérapie (SD MCPhyto).

La société de discipline FPH Officine et son secrétariat forment une unité organisationnelle au sein du département Formation au sein du département Formation de la Société Suisse des Pharmaciens pharmaSuisse. Les deux autres sociétés de discipline sont indépendantes de pharmaSuisse.

Pour de plus amples informations sur les formations postgrade et continue, veuillez consulter les sites internet des sociétés de discipline et de l’institut FPH.

La période d’assistanat est un stage pratique réalisé en pharmacie et fait partie intégrante des études de Master en pharmacie. Elle offre la possibilité de découvrir les aspects pratiques du travail en officine et en pharmacie d’hôpital.

La «période d’assistanat» désigne la période de stage pratique réalisé dans une pharmacie dans le cadre des études de Master en pharmacie. La période d’assistanat dure entre 25 et 30 semaines, en fonction de l’université, avec une partie principale à effectuer dans une pharmacie publique et une partie plus courte (stage à option) pouvant être accomplie dans une pharmacie d’hôpital ou autre institution. Les durées et modalités des différentes parties sont fixées par les universités qui ont l’entière responsabilité de l’année d’assistanat.

Pour plus d’informations concernant la période d’assistanat, veuillez consulter le site de l’université concernée (liens en bas).

Si les universités ont la responsabilité de l’année d’assistanat, il est du ressort de la Société Suisse des Pharmaciens pharmaSuisse de garantir une formation pratique de qualité et de contrôler la qualité des places de formation. Dans ce but, la période d’assistanat doit se faire sous la supervision d’un formateur ou d’une formatrice reconnue. À cet effet, pharmaSuisse met à disposition des outils didactiques et administratifs pour les assistant·e·s comme pour les formateurs/formatrices.

Les étudiant·e·s qui ont réussi leur Master en pharmacie sont admis à se présenter à l’examen fédéral de pharmacie. Pour tout renseignement, veuillez consulter la page de l’OFSP (Lien en bas).

OFSP: Examen fédéral en pharmacie

Nous sommes fiers de représenter les étudiants en pharmacie Suisse depuis 1974

Les activités du pharmacien d'hôpital se sont modifiées fortement au cours des dernières années. Récemment encore, en dehors de l’achat, du stockage et de la distribution des médicaments, la tâche principale d'un pharmacien consistait à fabriquer des médicaments spécifiques à l'hôpital. Aujourd’hui, les fabrications en grandes quantités ont cédé la place aux fabrications individualisées pour des catégories de patients spécifiques comme les enfants, les malades souffrants d’un cancer, d’une atteinte des reins ou du foie ou de maladies rares, mais aussi pour le traitement des douleurs ou pour les soins de personnes (très) âgées nécessitant des formes médicamenteuses et des dosages adaptés.

De nouvelles activités sont venues s’ajouter aux tâches classiques et, de plus en plus, la présence des pharmaciens est requise dans les unités de soins auprès des soignants, des médecins et de tous les professionnels qui entourent les patients. Grâce aux activités d’assistance pharmaceutique sur site ou à distance (téléphone, courriel), les pharmaciens contribuent à une prise en charge optimale du patient en assumant leur rôle de spécialistes du médicament. On les rencontre ainsi de plus en plus souvent lors de la visite médicale en tant que pharmacien clinicien au lit du malade, et au moment de la sortie de celui-ci pour lui expliquer son ordonnance médicale et lui prodiguer des conseils. Ces activités exigent de créer des liens de confiance et une interface adéquate, non seulement avec les médecins hospitaliers, mais aussi avec les médecins et pharmaciens de ville.

Association suisse des pharmaciens de l’administration et des hôpitaux (GSASA)

L’industrie pharmaceutique offre une large gamme d’activités aux pharmaciens: ils sont demandés dans la recherche, le développement et la production de nouveaux médicaments, pour les contrôles de qualité, la documentation et la réglementation liées aux produits, ainsi que pour l’assistance scientifique, sans oublier le domaine commercial comme le marketing. Les pharmaciens sont aussi demandés dans d’autres domaines industriels comme par exemple la production alimentaire, la chimie, les domaines vétérinaires ou la cosmétique

Les services de l’administration, tant au niveau cantonal que fédéral, ont aussi besoin du savoir-faire des pharmaciens et des pharmaciennes. Les autorités s’appuient sur le savoir-faire de spécialistes qui façonnent de façon déterminante le travail quotidien des professionnels de la santé. Lors de l’élaboration de lois et d’ordonnances, mais aussi lors de la vérification de leur mise en application pratique, les compétences des pharmaciens constituent un fondement important. Les échanges sont fluides entre les acteurs du système de la santé, comme le pharmacien cantonal, les hôpitaux, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), l’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic et la police, pour n’en citer que les plus courants. Les compétences des pharmaciens sont aussi sollicitées au sein des assurances, par exemple.

La recherche académique est un secteur important en Suisse. Le personnel qualifié est très recherché. Les métiers de la recherche sont fortement marqués par les aspects scientifiques de la formation. Ils offrent à la fois la possibilité d’utiliser ses connaissances scientifiques et de poursuivre des recherches. Patience et persévérance sont des conditions essentielles pour progresser dans cette activité et le cas échéant obtenir un doctorat (PhD).

Lieux d'études

En Suisse, les études en pharmacie peuvent être suivies dans leur intégralité auprès des universités de Bâle, Berne, Genève ou de l’EPF Zurich. Les deux premiers semestres du Bachelor peuvent aussi être effectués auprès de l’université de Lausanne ou de Neuchâtel.

Vous avez des compétences scientifiques avérées dans le domaine de la biologie et de la chimie ? La composition, l’utilisation et l’efficacité des médicaments vous intéressent ? Vous êtes rigoureuse/rigoureux ? Vous souhaitez jouer un rôle important dans le domaine de la santé publique ainsi que de la qualité des soins pharmaceutiques ? Vous aimez travailler en équipe interdisciplinaire et vous avez le sens de la communication ? Dans ce cas, vous êtes fait pour la profession de pharmacien·ne et les études de pharmacie en particulier.

Les bases de la pharmacie s’acquièrent au cours d’études universitaires: un Bachelor en sciences pharmaceutiques (6 semestres), suivi d’un Master (4 semestres). Ce sont des études scientifiques exigeantes, mais passionnantes incluant des périodes de stage. Les études en pharmacie ouvrent l’accès à un large éventail de métiers car l’expertise des pharmaciennes et les pharmaciens est très recherchée.

Lors des deux premières années, les étudiant·e·s acquièrent les connaissances fondamentales en sciences naturelles et en biomédecine nécessaires à la formation spécialisée ultérieure. Outre les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie, ils découvriront aussi l’anatomie et la physiologie.

La troisième et dernière année du bachelor s’inscrit dans la lignée de la formation spécialisée. Le médicament devient alors l’élément central. Les thèmes abordent la recherche de nouvelles substances médicales, la prise de substances médicales et leur transport dans le corps, les modes d’action ainsi que la fabrication et l’utilisation sur les patients.

Durant cette étape de leur cursus, un premier aperçu du métier de pharmacien·ne est proposé par le biais d’un stage d’initiation en milieu professionnel.

Le stage d’initiation est obligatoire et doit être effectué dans une pharmacie. Il donne un aperçu détaillé de l’ensemble des activités en officine et conforte les étudiant·e·s de bachelor dans leur orientation professionnelle.

 

La Société Suisse des pharmaciens pharmaSuisse recommande aux étudiant·e·s d’effectuer leur stage d’initiation au plus tôt à partir de la deuxième année d’études de bachelor, ce qui leur permet de mettre en pratique les premières connaissances de base pharmaceutiques acquises.

Au minimum une semaine de stage doit être effectuée dans une pharmacie publique. La deuxième semaine peut se faire dans une pharmacie d’hôpital. Le stage d’initiation est obligatoire et doit être réalisé pour l’obtention du titre de bachelor.

Les deux années de master préparent les étudiant·e·s de façon optimale à une carrière choisie parmi diverses voies et spécialisations (pharmacie d’officine, pharmacie hospitalière, industrie, carrière académique, etc.). Il existe deux filières de Master :

  • Master en pharmacie
  • Master en sciences pharmaceutiques.

Durant le master en pharmacie, les étudiant·e·s sont appelés à effectuer une période d’assistanat. Les titulaires d’un master souhaitant exercer en officine ou en hôpital doivent encore passer un examen en vue d’obtenir le diplôme fédéral de pharmacie, puis suivre une formation postgrade.

Après l’obtention du Master et/ou du diplôme fédéral, il est possible de poursuivre le parcours académique avec une thèse de doctorat.

En Suisse, les études en pharmacie peuvent être suivies auprès des hautes écoles suivantes:

L’ensemble du cursus «Bachelor et Master» peut être suivi auprès de:

Les deux premiers semestres du Bachelor peuvent aussi être effectués auprès de:

Le fonds pour l’allocation de bourses de la Société Suisse des Pharmaciens pharmaSuisse (fonds pour les bourses d’études de pharmaSuisse) soutient les étudiants en pharmacie ou en sciences pharmaceutiques immatriculés dans une haute école de Suisse et possédant une autorisation d’établissement en Suisse, s’ils n’ont pas obtenu de bourse ou de prêt des autorités de leur canton ou s’ils touchent une bourse insuffisante.
Les bourses sont octroyées entièrement ou partiellement sous forme de prêts à rembourser sans intérêts. Les montants accordés aux doctorants pour la rédaction et/ou publication de thèses sont uniquement alloués sous forme de prêt

Les demandes de bourse et de prêt peuvent être déposées à tout moment. Elles doivent être adressées au conseil de fondation du fonds pour les bourses d’études de pharmaSuisse qui statuera ensuite sur les modalités de soutien.

  • Curriculum vitae
  • Diplôme de maturité
  • Diplômes des examens déjà passés
  • Présentation des recettes et dépenses par année d’études, avec indication de la somme manquante (voir formulaire budget)
  • Réponse positive ou négative des autorités cantonales à la demande de bourse
  • Dernier avis de taxation définitive
  • Dernier avis de taxation définitive des parents (peut également être envoyé directement à la caisse d’entraide)
  • Trois adresses de personnes (qui travaillent si possible dans le secteur pharmaceutique), auprès desquelles il est possible d’obtenir des renseignements concernant le demandeur de bourse (p.ex. anciens professeurs ou directeurs de collège, membres des autorités dans la commune de résidence, anciens employeurs – y compris de jobs de vacances, responsables d’organisations culturelles ou sportives, etc.)

Nous suivre!